<
un bungalow c'est... d'hier à demain médiagraphie contact

À l’est du Vieux-Boucherville, dans le quadrilatère entre la rue De Montmagny, la rue De Monts, le boulevard Marie-Victorin et la rue des Abbés-Primeau, on remarque la prédominance d’habitations unifamiliales isolées. Sur la rue des Abbés-Primeau et les rues environnantes, plusieurs petits bâtiments se démarquent par leur taille et leur modestie.
L'ensemble fait partie de ce secteur de la ville appelé autrefois Beaurivage Gardens. Cette appellation est due à la compagnie montréalaise du même nom qui y a construit de nombreuses maisons. D'autres compagnies ont oeuvré dans le secteur comme Two Sixty Corporation qui proposait Les Jardins Montcalm. Quelques petits contracteurs comme M. Roméo Cadieux y ont aussi fait leurs débuts.
Petites mais hospitalières, ces maisons ont été construites entre les années 1955 et 1960 à faible coût et étaient très abordables pour l’acheteur moyen grâce aux nombreux programmes de financement de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL). Ainsi chacun avait la possibilité d’être propriétaire et non plus locataire, d’où le slogan de l’époque d’une coopérative d’habitation de Montréal, « À CHAQUE FAMILLE SA MAISON ».
Les propriétaires choisissaient un modèle tiré du catalogue de la Société (Small houses design).
Cet ensemble est un important témoin historique. Il rend compte des valeurs, de l’appropriation du territoire, de l’art d’habiter et des pratiques de construction rapides de l’époque.

aménagement urbanistique

Les lots résidentiels sont relativement homogènes. Par contre, les pôles commerciaux et de services sont plutôt localisés en périphérie du quartier. Le schéma des rues dessiné dans les années 1950 témoigne du développement du secteur. La trame parcellaire est orientée d’abord est-ouest de la rue John Munro à la rue Jean-Baptiste-Riendeau puis perpendiculaire à la rue des Abbés-Primeau au sud. Sa situation est particulière du fait qu’au delà de la rue des Abbés-Primeau, la voie ferrée ferme le secteur et on ne peut accéder vers le sud au boulevard du Fort-Saint-Louis que par la rue de Varennes ou plus à l'est, la rue de Mésy.

architecture

Modèle 753 SCHL
On peut entrevoir dans ce secteur, plusieurs beaux exemples du modèle 753 du catalogue Small houses design de la SCHL. Un design bas à deux niveaux.
La maison est bâtie sur un étage et demi et on qualifiait cet arrangemnet de «split-level». Le mur goutterau est parallèle à la rue. La toiture est à deux versants. La porte principale est en façade et sur un mur latéral une autre porte donne sur la cuisine.
Le revêtement est généralement de briques, de pierres, de clin de bois ou autre matière ou un assemblage de certains de ces matériaux.
En façade, au rez-de-chaussée une grande fenestration éclaire le salon séparé de la cuisine par un sas vestibule. Donnant sur la cour arrière, sur un demi-étage, les chambres à coucher et la salle de bain. Sous cette partie plus haute un sous-sol permet d'aménager une salle mécanique et/ou une salle de jeu. Sous la partie avant du rez-de-chaussée le sous-sol est très bas et peut servir d'espace de rangement.